robe sofia ninon1

prendre le temps de sentir, de dormir et de respirer. s'étirer et s'ouvrir au monde. apprécier chaque instant comme un cadeau. marcher dans les flaques et se ravir de porter des bottes, que la polaire réchauffe le dos et que le soleil pointe son nez. regarder courir les enfants. les écouter chanter, sourire encore en les entendant rire au bain. proposer des jeux, des câlins. cuisiner. coudre, un peu. rêver.

revenir à ses anciennes amours, ouvrir des livres longtemps oubliés. finir les en-cours et soutenir ses copines, en train de finir leurs oraux d'agreg. attendre le printemps en regardant tomber la grêle. finir, enfin, ses copies.

attendre le dimanche. attendre le soir. profiter.

robe sofia ninon2

robe sofia 12A, madame maman, tissu lydie confiture et appliqué matriochka MT

il n'y a plus qu'ariane et son mari, les yeux ouverts, chacun à un bout de la salle. il y a dans le mariage une part de jour et une part de nuit. la part de nuit vient de commencer. le sommeil a pris tous les invités sans exception. ce qui va suivre ne doit être vu de personne. quand cette partie de la fête aura eu lieu, les invités se réveilleront d'un seul coup et pousseront des cris de joie. les danses reprendront, les bouteilles de vin circuleront à nouveau. mais il faut d'abord en passer par là: l'épouse enlève sa robe bleu ciel, la pose délicatement sur une chaise, plonge ses deux mains sous son sein gauche, écarte les chairs et sort son cœur de sa poitrine, le fait tourner lentement sous la lumière des néons, sans quitter le mari des yeux. son coeur nu dans ses mains blanches, elle traverse la salle à petits pas pour le confier à son mari. le mari regarde, attend. ariane marche, enjambe des corps endormis, renverse une flûte de cristal. elle est maintenant à deux mètres de son mari, elle le regarde, elle voit l'ombre dans ses yeux, elle devine les années à venir et que cet homme ni sans doute aucun autre ne saura quoi faire d'un coeur aussi frais, aussi rouge.

Tout le monde est occupé, Christian Bobin