il y avait ce moment où la poulette voulait faire participer ses enfants à la cuisine. elle trouvait que c'était bien pour les éveiller et leur faire découvrir les ingrédients et les secrets de fabrication. bref, il fallait faire un gâteau et elle s'était imaginé les poussins, sages, disciplinés, en train de remplir habillement leurs petits pots de yaourt de sucre, de farine et de poudre d'amandes. elle le savait pourtant, la poulette, que dans ces longs week end d'absence, elle supportait mal le désordre. la miette chue ou la giclure de ketchup la mettait hors d'elle. la voilà donc furax, la poulette, sucre roux dispersé sur la table, sous la table, collé sous ses pieds et éparpillé sur la chaise. les enfants, dehors. et la pluie de se mettre à tomber dru.

il y avait aussi le coucher. monsieur poulet s'acquittait fort bien de cette mission: les calmer, les bercer, leur raconter une histoire, les border et "bonne nuit les enfants". il y a avait toujours un lever du plus grand, sourire aux joues, pour demander à faire pipi, et un ou deux appels de la plus petite, mais c'était calme. avec leur mère, les poussins appelaient vingt fois. et comme ils l'avaient sollicitée, déjà, à longueur de jour, la nuit, elle voulait "juste-FI-NIR-son-LI-VRE".

une fois allongée, livre en main, elle avait trop vite terminé. 21h20. trop tôt pour dormir, et trop tard pour se relever: évidemment, si elle se relevait, elle coudrait ce petit sweat sans manches du livre 329. elle s'endormit. se réveilla tôt, et fila coudre dès potron minet.

au réveil, on appella monsieur poulet, on chanta "top tip top, la petite crotte" et on se questionna: "pas vrai, maman, que quand on revient par le même chemin, les descentes c'est des montées?"

P1120195

P1120196

pull sans manches taille 110, modèle du livre 329, tissus pirates qui fait craquer tidou, bord côtes marèse